Pétition

Pétition sur le transport de matières dangereuses

TRANSPORT DE PRODUITS DANGEREUX EN ZONES HABITÉES

Aux maires d’Outremont et de Montréal : Divulguez votre plan d’urgence et faites pression pour le resserrement des normes de sécurité dans le transport de produits dangereux

À la suite de la plus meurtrière catastrophe ferroviaire au Canada qui a semé la dévastation à Lac-Mégantic, nous avons appris que ce convoi provenait du Canadien Pacifique (CP) et qu’il a parcouru cinq agglomérations de plus de trois millions d’habitants, dont Montréal.

Outremont, comme plusieurs arrondissements de la métropole, est traversé par une voie ferrée du CP dont l’emprise se trouve parfois à moins de sept mètres de complexes résidentiels. D’ici quelques années, ce corridor ferroviaire longera le nouveau campus universitaire d’Outremont qui accueillera des milliers d’étudiants et quelque 1 300 logements sur le site de l’ancienne gare de triage.

Contre toute logique de sécurité humaine, les compagnies de chemin de fer ne sont pas tenues de déclarer le contenu de leurs cargaisons. Même le Centre de sécurité civile de Montréal, dont la mission est de s’assurer de la prévention des sinistres majeurs, ne connaît pas la nature des produits qui transitent sur son territoire.

Puisque le transport de produits dangereux est une réalité incontournable, les citoyens sont en droit de savoir :

– si les autorités disposent d’un plan d’intervention adéquat à l’égard de cette problématique particulière.

– si les intervenants ciblés par un tel plan d’urgence ont récemment été soumis à des exercices de simulation qui s’imposent pour protéger les populations.

Je réclame :

1)     Que l’administration municipale d’Outremont nous dévoile le plan d’urgence mis à sa disposition pour répondre à un tel événement dramatique qui pourrait survenir sur son territoire.

2)     Que les élus de la métropole, les responsables du Centre de sécurité civile de Montréal et toutes les autorités compétentes fassent pression sur le gouvernement fédéral et le Bureau de la sécurité du transport (BST) afin qu’ils resserrent les normes de sécurité et qu’ils obligent les entreprises de transport terrestre et maritime à dévoiler d’avance le contenu des matières dangereuses qu’ils transportent, ainsi que les autres informations propres à permettre la mise en action des mécanismes de protection adéquats.

Transport de produits dangereux en zones habitées

Aux maires d’Outremont et de Montréal

Divulguez votre plan d’urgence et faites pression pour le resserrement des normes de sécurité dans le transport de produits dangereux

À la suite de la plus meurtrière catastrophe ferroviaire au Canada qui a semé la dévastation à Lac-Mégantic, nous avons appris que ce convoi provenait du Canadien Pacifique (CP) et qu’il a parcouru cinq agglomérations de plus de trois millions d’habitants, dont Montréal.

Outremont, comme plusieurs arrondissements de la métropole, est traversé par une voie ferrée du CP dont l’emprise se trouve parfois à moins de sept mètres de complexes résidentiels. D’ici quelques années, ce corridor ferroviaire longera le nouveau campus universitaire d’Outremont qui accueillera des milliers d’étudiants et quelque 1 300 logements sur le site de l’ancienne gare de triage.

Contre toute logique de sécurité humaine, les compagnies de chemin de fer ne sont pas tenues de déclarer le contenu de leurs cargaisons. Même le Centre de sécurité civile de Montréal, dont la mission est de s'assurer de la prévention des sinistres majeurs, ne connaît pas la nature des produits qui transitent sur son territoire.

Puisque le transport de produits dangereux est une réalité incontournable, les citoyens sont en droit de savoir :

- si les autorités disposent d’un plan d’intervention adéquat à l’égard de cette problématique particulière.

- si les intervenants ciblés par un tel plan d’urgence ont récemment été soumis à des exercices de simulation qui s’imposent pour protéger les populations.

Je réclame :

1) Que l'administration municipale d'Outremont nous dévoile le plan d’urgence mis à sa disposition pour répondre à un tel événement dramatique qui pourrait survenir sur son territoire.

2) Que les élus de la métropole, les responsables du Centre de sécurité civile de Montréal et toutes les autorités compétentes fassent pression sur le gouvernement fédéral et le Bureau de la sécurité du transport (BST) afin qu’ils resserrent les normes de sécurité et qu’ils obligent les entreprises de transport terrestre et maritime à dévoiler d’avance le contenu des matières dangereuses qu’ils transportent, ainsi que les autres informations propres à permettre la mise en action des mécanismes de protection adéquats.

[signature]

Partagez avec vos ami(e)s :

   

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>