Le savoir éclairé

Le 15 septembre 2013, je vous ai fait part du projet de réfection complète des infrastructures de l’avenue Laurier prévu pour 2014-2015. À ce moment-là, je me demandais si nous pouvions espérer un reverdissement adéquat de cette artère commerciale de prestige. Je n’avais pas cru nécessaire de parler de la prudence élémentaire dont il faut faire preuve dans l’octroi des contrats à venir.Ma vision pour l'avenir de l'avenue Laurier Avec tout ce que l’on entend depuis des mois à la commission Charbonneau, nous aurions pu espérer que la mairesse d’Outremont ait acquis le réflexe de redoubler de prudence avant d’accorder quelque contrat que ce soit.

Or, le 5 mars dernier, Marie Cinq-Mars a carrément pété un plomb en pleine assemblée du conseil (voir la courte vidéo). Pourquoi diable a-t-elle disjoncté? Simplement parce qu’une conseillère ne souhaitait pas que le conseil octroie à la légère un contrat pour l’élaboration d’un concept de réaménagement de l’avenue Laurier.

La crise de colère de Marie-Cinq-Mars en quatre temps Avant de donner son aval à ce contrat de 131 588,32 $, la conseillère indépendante Céline Forget réclamait de pouvoir prendre connaissance de la soumission et des résultats globaux et ventilés de la grille d’évaluation des soumissions. Était-ce un crime de lèse-majesté? La mairesse n’a-t-elle pas tiré de leçons des méthodes frauduleuses qu’utilisaient ses anciens collègues d’Union Montréal? C’est à désespérer.

Pour connaître le fin fond de cette histoire, cliquez ICI