La vraie transparence

Ces dernières années, à part les filous qui nous ont collectivement escroqués, nous avons tous été (et sommes encore) choqués d’apprendre combien le monde municipal avait été gangrené. La collusion, la corruption et l’espèce d’omertà qui ont résulté de la cupidité de certains a engendré dégoût et cynisme auprès de nombreux citoyens.

Nous n’avions franchement pas besoin de ça. Déjà qu’aux élections municipales de 2009, à peine 39% des Montréalais s’étaient rendus aux urnes. C’est ce qu’on appelle une catastrophe pour la démocratie. L’adage Chat échaudé craint l’eau froide refroidira-t-il l’électorat?

Souhaitons seulement que le coup de balai qui est donné par l’Unité permanente anticorruption et les travaux de la commission Charbonneau nous incitera, au contraire, à reprendre notre destin en main et à ne pas laisser à une minorité d’électeurs le soin de choisir pour nous ce qui devrait être profitable pour le plus grand nombre de citoyens.

Dans l’espoir de redorer leurs blasons, les partis municipaux tentent de montrer patte blanche en annonçant des gestes de transparence.

Untitled-5 copyLors de leur premier débat public, les quatre principaux candidats à la mairie de Montréal  ont déploré le faible taux de participation des Montréalais aux précédentes élections municipales et ont convenu qu’il fallait une ville plus transparente pour regagner la confiance des électeurs. Les uns n’acceptent plus que des dons de moins de 100$, les autres publient la liste des donateurs qui ont versé plus de 100$. C’est déjà un pas dans la bonne direction, mais ils pourraient faire mieux. Beaucoup mieux.

Non seulement les électeurs doivent-ils se gratter la tête pour trouver où se cachent les listes des donateurs des divers partis, mais en plus, aucune n’indique quel candidat bénéficie de ces sommes pour sa campagne. On ne sait même pas dans quel arrondissement ou dans quel district est acheminée tout cet argent.

Sur la page d’ouverture de mon site, vous constaterez que tout est sur la table.

En cliquant sur l’onglet Financement, toutes les contributions à ma campagne sont rendues publiques, des plus modestes aux plus importantes. Mieux. Vous y trouvez même un compte-rendu détaillé des dépenses électorales que j’engage dans cette course. Qui dit mieux? Qui fait mieux?