Comment voter à la fois en votre âme et… intérêt

À ce jour, les médias ne semblent franchement pas emballés par les candidats en lice pour le poste de maire de Montréal. L’un après l’autre, les aspirants se font écorcher tantôt pour un manque de vision, tantôt pour un caractère rustre, des bévues communicationnelles, un manque de notoriété, une trop grande verdeur ou des accointances de plus ou moins bon aloi.

Qu’à cela ne tienne, le 3 novembre prochain, c’est à vous qu’il reviendra de choisir le nouveau maire ou la nouvelle mairesse de la métropole. Un maire qui, nous le souhaitons tous, nous épargnera l’outrage d’être à son tour l’objet d’une descente de l’UPAC aux aurores.

Advienne que pourra, lorsque vous serez seul dans l’isoloir, vous devrez bien opter pour l’un ou l’autre des candidats à la mairie de Montréal. Au niveau de l’arrondissement, si vous voulez vous assurer qu’un Coderre, Bergeron, Harel, Côté ou Joly jouisse de votre soutien, il vous suffira de vous rabattre sur le prétendant à la mairie de votre arrondissement qui fait équipe avec l’aspirant maire de Montréal de votre choix. Ainsi, si vous êtes un électeur d’Outremont et que vous décidez, par exemple, de soutenir Louise Harel à la mairie de Montréal, vous pourriez simplement voter pour le candidat de l’équipe Harel qui brigue la mairie d’Outremont.

Me croirez-vous si je vous dis que je serai parfaitement à l’aise avec le choix que vous ferez pour les postes de maire de Montréal et d’Outremont? Je le serai d’autant plus qu’une fois que vous aurez exprimé votre allégeance au niveau des mairies, vous pourrez désigner votre conseiller de district en toute liberté, sans aucune contrainte politique.

Rien à voir avec la nage synchronisée

Certains ne le savent pas, mais le choix d’un conseiller de district n’a pas à se faire au diapason de votre allégeance politique. Il ne s’agit pas ici d’un concours de nage synchronisée, mais bien d’une élection à triples volets.bulletin de vote

Votre conseiller de district est l’élu qui se préoccupe directement de votre environnement immédiat, pour ne pas dire de votre arrière-cour. Vous n’élirez jamais personne qui soit plus près de votre quotidien.

Pour être efficace et jouer pleinement son rôle, il n’a aucunement besoin d’être sur la même longueur d’onde politique que le maire de votre arrondissement ou de votre ville. Je dirais même que les scandales de collusion et de corruption que nous traversons nous ont appris que les conseils municipaux qui sont dépourvus d’une opposition suffisamment forte sont néfastes et propices au clientélisme et aux combines douteuses qui nous coûtent très cher, merci !

Quand les candidats auront dévoilé leurs programmes, je vous inviterai à voter pour le maire qui répondra davantage à vos idéaux et à vos attentes. En revanche, lorsqu’il sera temps de noircir votre bulletin de vote pour élire votre conseiller de district, je vous suggère de vous poser les questions suivantes :

1) L’ai-je vu arpenter les rues, places et ruelles de mon quartier au cours des quatre dernières années?

2) Ai-je entendu parler de lui ?

3) A-t-il fait autre chose que de paraître aux évènements publics ?

4) A-t-il répondu à vos attentes et tenté de résoudre vos problèmes?

Si vous répondez positivement à ces questions, je n’ai qu’une recommandation à vous faire.  Tracez votre « x » dans le cercle au côté du nom de cet homme ou cette femme. Cette personne aura vraiment mérité votre confiance.