De chantage et d’intimidation

Ce qui s’est produit à l’hôtel de ville d’Outremont, le 12 janvier dernier, est aussi rare que l’alignement des planètes du système solaire. Tant la conseillère de Projet Montréal, Mindy Pollak que les conseillères Céline Forget et Jacqueline Gremaud ont démenti la mairesse Cinq-Mars sur ce que l’on peut désormais appeler la crise des Souccot.

Cabane sur l'avenue Durocher

Souccot sur l’avenue Durocher

Alors que cela fait cinq mois bien sonnés que le processus de modification du règlement 1177 touchant les cabanes temporaires installées sur les balcons des résidences de la communauté hassidique, Marie Cinq-Mars a eu l’audace de répéter aux citoyens dans la salle qu’elle n’avait jamais été d’accord pour modifier le temps alloué pour monter ou démonter les cabanes. «J’ai toujours dit que ce n’était pas nécessaire.» «Nous avions un règlement qui ne faisait pas problème.» «Les fonctionnaires nous ont rapporté très peu de plaintes.» «Je ne voulais pas mettre de l’huile sur le feu.» «Je souhaitais que la paix soit préservée.»

Dans la salle, certains citoyens se demandaient si la mairesse avait été frappée d’amnésie.

À la suite d’une question d’une citoyenne, Mindy Pollak a contredit la mairesse sur l’origine de l’affaire : «The issue wasn’t raised for the fun of it. The actual by-law was hard to apply». De fait, les fonctionnaires estimaient que le règlement était difficilement applicable puisqu’il ne spécifiait pas de date de début de la période de 15 jours pendant lesquels les cabanes étaient permises.

La conseillère Jacqueline Gremaud s’est, à son tour, étonnée des propos de la mairesse, rappelant que le 6 octobre 2014, cette dernière avait voté pour la proposition d’accorder trois jours avant et après la fête pour l’érection et le démantèlement des cabanes. «Je suis surprise d’entendre Mme Cinq-Mars dire [aujourd’hui] qu’elle ne veut pas ouvrir ce débat alors que tout le travail a été fait. Tout le processus est terminé. Et là, on arrive à l’étape du vote et tout tombe à l’eau et… on revient au règlement qui n’est pas applicable.»

2014-10-29 Plusieurs juifs hassidiques ont assisté à la consultation publique

Séance de consultation publique présidée par Mme Cinq-Mars, le 29 octobre 2014

Non seulement Marie Cinq-Mars a-t-elle voté pour la modification du règlement, mais le 29 octobre suivant, elle a présidé une consultation publique au Centre intergénérationnel pour entendre les doléances et les suggestions des 200 citoyens qui s’y sont présentés. Le 1er décembre 2014, la mairesse a aussi participé au vote du deuxième projet de règlement qui a été adopté à la majorité du conseil. Cette dernière mouture, plus souple que les 15 jours du règlement actuel, accordait davantage de temps aux célébrants puisqu’elle ne comptabilisait plus les jours fériés avant et après la fête.

Quant à la conseillère Céline Forget, elle a dénoncé le fait que Cinq-Mars ait profité de la démission d’une conseillère municipale pour tirer la plug et empêcher la tenue du vote final sur la question. Au diable les centaines de personnes qui ont participé au débat, à toutes les autres qui se sont donné la peine de donner leur avis par écrit. À elle seule, Mme Cinq-Mars semble estimer peser plus lourd que la décision légitime de majorité du conseil.

Mme Forget a aussi déploré le peu de cas dont a fait preuve la mairesse vis-à-vis du processus démocratique. Elle a rappelé qu’un avis public avait été publié en bonne et due forme dans les journaux afin d’informer les citoyens qui auraient pu être en désaccord avec la teneur du nouveau règlement qu’ils pouvaient signer un registre permettant de déclencher la tenue d’un référendum sur la question. Or pas une seule personne ne s’est présentée pour signer ce registre. «C’est bien la preuve que les Outremontais étaient en faveur de ce nouveau règlement.»

Qu’a-t-il pu bien se produire pour que la mairesse se dégonfle une fois tout le processus réglementaire complété?

Une citoyenne de Hampstead qui réclamait une traduction des propos des conseillères (!), a eu la bonne idée de demander à la mairesse si elle avait fait l’objet de pression dans ce dossier.

2015-01-12 Joannie Tansky

Mme Joannie Tansky lors de son intervention à l’hôtel de ville d’Outremont

Par son intervention au micro, Mme Joannie Tansky a répondu à sa propre question: «What you are proposing is the most restrictive law in the world against the jewish people.» Instrumentalisant les horribles évènements qui se sont produits à Paris la semaine dernière, elle a ajouté: «The world is watching you. Especially in these days when there should be tolerance for everyone.»

2015-01-12 Sharon Freedman.01

Mme Freedman menaçant d’entacher la réputation d’Outremont

Toute de suite après elle, Mme Sharon Freedman, a pris la relève, prétendant qu’une réglementation aussi répressive n’existe même pas dans les parties arabes d’Israël (visionner la séance du conseil, à partir de 1:00:00). Dans son anathème, elle a plaint tous ces pauvres Outremontais qui seront traînés devant les tribunaux, qui se retrouveront en prison (ah, bon?) ou forcés à payer d’énormes contraventions.

Pour conclure, Mme Freedman a lancé une mise en garde. Si ce règlement devait être adopté, elle sortirait l’artillerie lourde: «I will make sure that you will be around all over the world, all over CNN».

C’est après de tels coups de semonce qu’est débarqué Mayer Feig, demandant à chacune des conseillères de s’habituer à se présenter aux l’assemblées du conseil en rapportant une chose positive par mois à propos de sa communauté.

2015-01-12 Feig

Le lobbyiste Mayer Feig s’en prenant aux conseillères indépendantes et à la mairesse

 

Voilà maintenant que le porte-parole hassidique prend les conseillères pour des lobbyistes à sa solde. On aura tout entendu