Les impacts de la transformation de la gare de triage

L'ancienne gare de triageLa venue du futur campus sur le site de l’ancienne gare de triage aura des impacts sur les arrondissements limitrophes, incluant Outremont. Augmentation des déplacements, création de nouvelles rues, aménagement de pistes cyclables et d’espaces verts.
Afin de planifier la mise en valeur de ce grand projet, la Ville de Montréal a élaboré un plan de développement urbain, économique et social des secteurs environnants.

Si  le développePlan de la réunion de consultation de l'OCPM sur le campus d'Outremontment de ce projet vous intéresse, vous pourrez, comme moi, assister à la séance d’information publique que l’Office de consultation publique de Montréal organise mercredi le 13 mars 2013

Lieu :  Espace Réunion, 6600, rue Hutchison.
Heure : 19h

Revirement démocratique ?

Lors de la période de questions des citoyens du 4 mars dernier, je me suis présenté au micro pour réclamer que les séances du conseil d’arrondissement soient diffusées en direct et en différé sur le Web (lire ma chronique du 3 mars 2013). Comme bien d’autres Outremontois, il m’apparaissait inconcevable qu’à l’ère où Internet s’est insinué partout, les résidents soient contraints, beau temps, mauvais temps, de se rendre physiquement à la salle du conseil de l’hôtel de ville pour être témoins des débats qui s’y tiennent.

Combien de personnes âgées et de parents de jeunes enfants ne sont tout simplement pas en mesure de se déplacer pour prendre connaissance de ce qui s’y trame ou pour juger de la santé démocratique de cette institution qui a une incidence directe sur leur quotidien?

Alors qu’elle s’y était résolument opposée depuis plus de quatre ans, la mairesse Cinq-Mars s’est soudainement ravisée. Opérant une volte-face à laquelle elle ne nous a jamais habitués, la mairesse a surpris tous les citoyens présents dans la salle en disant le plus simplement du monde « Votre idée est excellente, M. Lacerte ».

Il reste à voir si Mme Cinq-Mars traduira en actes cette idée qui semble tout à coup l’avoir séduite ou s’il s’agit d’une simple stratégie en prévision des élections municipales de novembre prochain.

Site de Webtv.coopSi elle est vraiment sérieuse, la mairesse devrait donner dès maintenant le feu vert à la diffusion en ligne des séances du conseil.

Puisqu’il qu’il faut à peine quelques jours aux techniciens de la firme WEBTV.COOP pour installer la quincaillerie et brancher les connexions, les débats du conseil pourraient être transportés jusque dans votre salon dès ce printemps.

Transparence municipale

L’actualité nous montre combien le manque de transparence au sein des municipalités du Québec a favorisé la perpétration  de graves irrégularités et des pertes considérables de deniers publics. À ce chapitre, Outremont n’est pas un modèle de vertu.

Alors que les arrondissements de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve,du Plateau, de Rosemont, de Verdun Sud-Ouest, de Ville-Marie, de NDG et de Côte-des-Neiges diffusent les séances du conseil en direct ou en différé sur Internet, la mairesse Cinq-Mars continue de faire la sourde oreille.

Question d'un citoyen sur la diffusion des séances du conseil d'OutremontCela fait déjà quelques années que des citoyens d’Outremont lui demandent d’instaurer cette pratique qui permettrait aux citoyens de se rapprocher de leurs institutions démocratiques et d’obtenir une information précieuse sur ce qui se passe

La mairesse s’y est toujours opposée, soutenant que l’entreprise serait trop onéreuse pour l’arrondissement.

Pourtant, une citoyenne a déjà démontré que les coûts de la diffusion sur le Web des 11 séances du conseil seraient de l’ordre de 13 000 $, alors que les trois parutions annuelles du bulletin Au Pied de la Montagne distribué dans les boîtes aux lettres siphonnent actuellement 20 000 $ par an.

La mairesse refuse même la proposition de citoyens se disant prêts à offrir gratuitement leurs services pour capter les séances du conseil. Pire, elle a déjà demandé l’intervention des policiers qui sont allés jusqu’à faire expulser un citoyen qui avait eu le malheur de sortir son appareil photo à la fin d’une séance du conseil.

Mme Cinq-Mars craindrait-elle que ce qui s’y dit puisse nuire à son image, voire à sa réélection?

Outre la captation des séances publiques qui se tiennent les premiers lundis du mois, pourquoi l’administration d’Outremont ne rendrait-elle pas accessibles sur le Web les sommaires décisionnels? À titre d’exemple, les citoyens pourraient souhaiter comprendre le processus qui sous-tend un programme de contrôle de vitesse sur les rues du quartier (dos d’âne) ou d’ajout d’un feu de circulation. Si cela était accessible sur le Web, nous pourrions comprendre sur quelles bases on retient les services professionnels d’une firme appelée à effectuer les analyses, la conception et la surveillance des travaux. On connaîtrait ainsi le moment où sont lancés les appels d’offres, l’évolution prévue des travaux sur le terrain, leur coût et la provenance des crédits alloués (cliquer ICI pour voir à quoi ressemble un sommaire décisionnel) .

Bref, une telle initiative serait de nature à favoriser la lutte contre la corruption puisqu’on retrouverait facilement les justifications administratives légales, historiques des fonctionnaires vis-à-vis du grand public. Il ne serait plus nécessaire de multiplier les demandes d’accès à l’information pour obtenir ces données essentielles à la compréhension de ce qui se passe au sein de notre arrondissement.

Bien sûr, ce ne sont là que deux des nombreuses mesures qui devraient être prises pour stimuler l’intérêt des citoyens et favoriser la transparence des actions de nos élus. Pensons, par exemple, à l’adoption d’un système open311. Qu’est-ce que ça mange en hiver, cette bibitte-là? Je vous reviendrai bientôt pour démystifier la bête.